Ce qui est pris est à rendre. Ne courez pas à crédit !

Question posée : "Bonsoir Bruno, je vais faire un semi-marathon ce week-end, et je me pose des questions sur la stratégie de course. Je me suis préparé pour le faire en moins de 2h. Faut-il respecter l'allure du début à la fin ou bien aller plus vite sur la première partie, tout en sachant que l'on baissera de régime dans la seconde partie. Ou autre ? Cordialement Anthony"

Réponse : Le "déclin" en fin d'épreuve est le signe indiscutable d'une course mal gérée. Si vous ralentissez c'est que vous avez mal couru. Il ne faut pas se mentir et voir les choses avec objectivité. Partir un peu plus vite, en pensant que l'on va se constituer un petit matelas de temps, qui va permettre de se mettre à l'abri en cas de fin de course difficile inéluctable, revient à se tirer une deuxième balle dans le pied après celle du départ trop rapide. Une course bien gérée doit se construire sur une allure régulière qui va permettre de tenir le rythme jusqu'au bout et même de réaliser un léger negativ-split. La baisse d'allure, en fin de course, n'a rien d'inévitable. C'est juste la mise en lumière d'une gestion inappropriée. Plutôt que partir 5 à 10 secondes plus vite,ce qui n'aura pour effet que de vous conduire encore plus vite dans le mur, je conseille plutôt 5 à 10 secondes plus lents en début de course. Ce n'est pas du temps de perdu mais du temps de gagner. Car les secondes "empruntées" en début d'épreuve vont devoir être remboursées au centuple. partir plus vite, c'est comme vivre à crédit. Il y atoujours un moment où il va fallir payer la dette. Ne courez pas à crédit car ce qui est pris va être à rendre.

Ce qui est pris est à rendre. Ne courez pas à crédit !Ce qui est pris est à rendre. Ne courez pas à crédit !

Besoin d'un plan d'entraînement sur-mesure, personnalisés et adaptés à vos besoins ?
Voir les prestations

Vous faire découvrir en 48h mon expérience de la course à pied, c'est mon défi !
Voir les stages