Courir en été

Comme c’est le cas pour beaucoup d’autres sujets, nous sommes inégaux face aux problèmes liés à la chaleur. Préparer un objectif en été est pourtant accessible à tous. Cela nécessite seulement de prendre un minimum de précautions et de connaître certaines règles.

 Adaptez votre entraînement

Sur le plan de l’entraînement, il est possible d’améliorer sensiblement votre capacité à supporter des conditions de chaleur importantes en vous adaptant progressivement à ce type de situation. Un coureur acclimaté à des conditions chaudes, consomme plus d’eau qu’un coureur non entraîné et présente un débit sudoral élevé. Il ne faut donc pas s’en inquiéter, bien au contraire. C’est le signe que l’organisme fonctionne au mieux.

Deux mois avant l’objectif, commencez à vous entraîner dans un environnement qui se rapproche des conditions de votre objectif. Bien entendu, vous débuterez par des sorties courtes afin de vous adaptez progressivement. Augmentez peu à peu la durée en vous mettant graduellement dans les conditions de votre course. Comme pour tout autre plan et pour les mêmes raisons, il n’est pas nécessaire d’aller au-delà de 3h lors de vos sorties spécifiques.

Ajustez vos vitesses d’entraînement en les réduisant pour conserver un rythme cardiaque proche des autres périodes de l’année. L’idéal est de prévoir les séances intensives le matin lorsqu’il fait frais ou éventuellement le soir. Les séances lentes et longues pourront être réalisées aux périodes les plus chaudes en prenant toutes les précautions énoncées plus haut. Notamment en vous habituant à boire des volumes de liquide correspondant à votre vidange gastrique et qui vous amèneront à absorber le double de ce que vous boiriez spontanément.

 Portez une tenue appropriée

Il est possible de réduire les risques liés à la chaleur, grâce à une préparation axée dans ce sens.
Sur un plan purement matériel tout d’abord.

  • En utilisant des vêtements :
    >> légers pour ne pas accentuer la thermorégulation
    >> clairs pour améliorer la réverbération des rayons du soleil.
  • En portant une casquette qui vous permettra à la fois de vous protéger et de maintenir votre tête au frais en vous aspergeant abondamment.
  • En vous aspergeant régulièrement justement, afin de refroidir la machine mais aussi d’éliminer les dépôts de sel qui obstruent les pores de votre peau et donc diminuent votre capacité à dissiper la chaleur.

Veillez à une hydratation fréquente

Buvez pour ne pas être éliminé

Le principal phénomène lié à la préparation d’une course, dans des conditions de chaleur est la déshydratation. Quelques chiffres significatifs pour mieux comprendre : 60 à 70% (cela varie selon l’âge) de notre corps est composé d’eau. Or, 2% de pertes hydriques réduisent de 20% les capacités à fournir un effort. Au-delà les risques pour la santé deviennent réels et peuvent aller jusqu’au stade ultime.

Il s’agit donc autant de préserver son intégrité physique que de continuer à être performant. Un bon équilibre hydrique est indispensable au bon fonctionnement cellulaire. Par conséquent, il a une action directe sur la performance physique, la thermorégulation et l’amélioration de la fonction cardiovasculaire.

En ce qui concerne le premier point énoncé ci-dessus, il faut savoir que la machine humaine n’est guère performante. En effet, 75% de l’énergie produite par le corps humain est dissipée sous forme de chaleur. Il faut donc assurer à l’organisme la possibilité de l’évacuer (la sudation étant le vecteur principal) afin de ne pas perturber son bon fonctionnement. Il est donc vital de compenser les pertes en eau par une prise de boisson régulière avant, pendant et après l’épreuve.

Anticipez pour vous éviter de courir

L’hyper hydratation peut commencer bien avant le jour J. On observe une augmentation des fonctions cardiovasculaires lorsque, 48 heures avant, le coureur veille à boire en quantité suffisante tout au long de la journée.

Dans les heures qui précèdent, il faut faire en sorte de se présenter au départ de la course ou de l’effort suffisamment hydraté. Une astuce consiste à vérifier que vos urines sont claires. En anticipant deux à trois heures à l’avance, et en buvant un à deux litres de boisson durant ce laps de temps, vous éviterez d’avoir à vous précipiter au dernier moment. C’est le cas de ces coureurs que l’on voit s’arrêter en course au bout de quelques hectomètres. C’est le témoin que la gestion de l’hydratation s’est faite dans l’urgence.

En effet, le corps humain n’est pas un bac riviera et vous n’êtes pas une plante verte. Si l’on emplit trop et trop vite, cela déborde ! Une prise régulière de liquide, qui sera réduite dans l’heure qui précède la compétition, permet à la fois d’assurer les besoins essentiels tout en vous laissant le temps d’éliminer le surplus éventuel. Cela vous épargnera cette gymnastique qui consiste à inonder les abords de votre lieu de départ ou vous oblige à vous arrêter peu après l e coup de pistolet du starter.

Utilisez le bon dosage

Au cours de l’effort, n’attendez pas d’avoir soif pour boire. Il serait déjà trop tard. Même si l’envie de s’en fait pas sentir, il est indispensable de commencer à ingérer régulièrement, dès le premier quart d’heure, des petites quantités d’une boisson faiblement glucosée. La fragmentation des prises réduit les difficultés de digestion et augmente l’absorption. De plus, le taux de vidange gastrique étant limité (900 à 1l/h en général), cela évite de garder dans l’estomac du liquide pouvant occasionner un inconfort et un poids inutile. Cette opération doit être renouvelée à intervalles réguliers afin de compenser les pertes dues à l’effort. Celles ci peuvent atteindre 1 à 1,5 litre par heure.
Cette boisson doit être fraîche contrairement à ce que l’on pourrait croire, afin de faciliter le passage dans l’organisme. Attention toutefois à ne pas absorber de liquides trop froids au risque de provoquer des diarrhées.

La sueur qui est évacuée pendant l’effort est chargée de substances indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Les déficits hydriques occasionnés s’accompagnent donc de pertes en sodium et potassium qui doivent être comblés par votre boisson. Veillez donc, à ce que celle que vous utilisez en soit pourvu. (une pincée de sel pour le sodium, dans un bidon de 500 ml suffit largement)
Si vous respectez toutes ces conditions, vous pouvez considérer que dans le quart d’heure qui suit, les trois quarts du liquide sont passés au niveau intestinal et de ce fait, disponibles.
Bien entendu, il est recommandé, pour ne pas dire absolument indispensable, de tester au préalable les différentes solutions que vous entendez essayer, afin de ne jamais vous retrouver à expérimenter une nouveauté le jour J. Les entraînements et notamment les sorties longues dans des conditions de chaleur vous serviront donc de répétition grandeur nature. Un suiveur est alors dans ce cas un soutien essentiel

En résumé, les objectifs pendant l’effort sont triples :

  • la déshydratation
  • empêcher l’épuisement complet du glycogène
  • compenser partiellement les pertes en électrolytes, vitamines, minéraux

Pour ce faire, nous vous suggérons d’utiliser une boisson :

  • faiblement glucosée (30 à 40g/l)
  • relativement fraîche (5 à 15°)
  • à boire en petite quantité (15 à 25cl)
  • souvent (toutes les 10 à 15 minutes)

 Refaites le plein

A l’issue de l’effort, il est important de reconstituer au plus vite l’équilibre en eau, en électrolytes et en glucose. Cependant, il convient d’être prudent car le système digestif est fragilisé à la suite d’un effort important. Evitez les boissons et les aliments acides et peu digestes. Une eau légèrement salée, une boisson sucrée, des fruits comme la banane ou des légumes comme les pommes de terres offrent ces avantages.

De même que la sensation de soif vous averti trop tardivement, celle-ci s’estompe bien avant que la réhydratation soit effective. Il est donc nécessaire de continuer à boire régulièrement et par petites doses bien après la fin de la compétition ou de l’entraînement prolongé.

Si vous avez pris la précaution de vous peser avant l’effort, vous évaluerez d’un simple coup d’œil, les pertes au retour en vous pesant de nouveau. Il sera alors aisé de mesurer ce qu’il vous reste à boire pour revenir à votre poids initial.

Les derniers détails

Durant la semaine précédant la compétition, restez dans un environnement chaud et humide. Cinquante pour cent des gains obtenus pendant la période d’acclimatation peuvent disparaître après 6 ou 7 jours passés dans un contexte plus frais. Vous pouvez porter des vêtements supplémentaires si nécessaire, pour pallier le manque de chaleur ambiante.

D’autre part, réduisez la période de relâchement. La diminution du volume plasmatique qui survient au cours de cette phase peut avoir des conséquences néfastes lors d’épreuves où le risque de déshydratation est élevé.

Enfin, le jour J, adaptez bien évidemment vos prévisions et votre rythme de course. Une extrême prudence est indispensable, pour que la course à pied reste un plaisir et une source d’épanouissement même l’été ou dans des conditions de chaleur extrême.

Courir en étéCourir en été

Besoin d'un plan d'entraînement sur-mesure, personnalisés et adaptés à vos besoins ?
Voir les prestations

Vous faire découvrir en 48h mon expérience de la course à pied, c'est mon défi !
Voir les stages